Gerard AUBINEAU

27 août 2016

Fête de l'Humanité

 

C'est la fin des vacances, beaucoup d'actualité pendant cette période

Nous avons besoin de discuter ensemble sur tous les sujets et ils sont nombreux

je vous invite à venir à la fête de l'HUMANITE les 9 - 10 et 11 septembre au stand de Clamart  Avenue Edmonde CHARLES-ROUX

Tu seras bien reçu avec Fraternité et convivialité et en toute sécurité

pour cela il te faut un bon de soutien (ci-dessous) tu l'achètes à un militant communiste c'est 25 €uros si non   c'est 40€  et pour une journée

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans.

au plaisir de te voir cher ami et camarade

Vignette 2016

Posté par gerard aubineau à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2016

Honte des médias

ILS DISENT TOUS LA MEME CHOSE

Pendant le conflit social, conséquence de la loi EI-Khomri, les médias ce sont déchainés de façon outrancière et caricaturale,
pour dénigrer le mouvement de protestation. Tout en se drapant dans les plis froissés d'une objectivité proclamée mais
quotidiennement violée. Il est intéressant de connaître avec précision à qui appartiennent ces journaux, ces ondes de radios et
ces chaînes de télévision qui ressassent à l'unisson le même catéchisme néolibéral.

Le groupe de Bernard Arnault, patron de LVMH est propriétaire du Parisien, des Echos, de Investir et de Capital Finance.

Patrick Drahi, patron du groupe Altice, possède: Libération, l'Expansion, l'Express, BFM-TV et RMC, excusez du peu!

Vincent Bolloré, patron de Vivendi, dirige Canal+ et l';'Télé.

Martin Bouygues, le maître du béton détient TF1 e~, LCI Aranud Lagardère a hérité du Journal du Dimanche, Paris-Match et
Europe 1.Serge Dassault est le patron intransigeant du Figaro

Le PDG du groupe Yves st Laurent, Pierre Bergé, associé au banquier d'affaires, Mathieu Pigasse et du patron de Free, Xavier
Niel se sont offert: le Monde et le Nouvel Observateur.

Voilà qui explique l'uniformisation totale de l'information, qui ressemble désormais plus à de la propagande sous forme de
matraquage. Tous ces médias, dont le but premier est de rapporter de l'argent à leurs propriétaires, sont la voix de leurs maîtres, Il
importe donc d'exercer son esprit critique, de remettre systématiquement en cause ce qu'ils nous vendent comme des
évidences et de ne pas succomber à ce qui s'apparente à une entreprise de bourrage de crâne

Posté par gerard aubineau à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2016

Déclaration refusée

 

Ce matin 15 Juin 2016, au conseil municipal, j'ai demandé la parole pour faire une déclaration commune des élus de l'opposition sur l'association LA PARENTHESE  après 1 mn  le Maire de Clamart a refusé que je poursuivre en me coupant la parole, quel exemple pour la démocratie 

Je parle aux noms de Mmes Marie Christine VANDREL, Isabelle RAKOFF, Marie Anne BOYER , Françoise MORGERE et Mrs Philippe KALTENBACH, Pierre CARRIVES, Pierre RAMOGNINO et Christian DELOM

Monsieur le Maire de Clamart , Vice-Président du Conseil départemental des Hauts de Seine

Lors de la commission permanente du Conseil départemental du 14 mars 2016, les conseillers départementaux de l’opposition sont intervenus pour protester contre les baisses de financements successives infligées à l’association la Parenthèse et pour demander que cette collectivité territoriale, dont vous êtes le vice-président, assume sa compétence principale en matière d’action sociale et pérennise son soutien financier à l’association.

Nous rappelons que la Parenthèse a été créée en 1992 sous la présidence de Monsieur Charles Pasqua pour répondre à la demande croissante de places d’hébergement pour des familles très démunies du département.

Depuis, elle a ouvert plusieurs activités dont un hôtel social situé à Clamart qui accueille près de 160 personnes dont 89 enfants.

Depuis près de 25 ans, cette association œuvre avec ses équipes pluridisciplinaires pour l’accueil et l’accompagnement social des familles en situation d’extrême précarité afin de leur permettre de rebondir dans la société et d’acquérir à nouveau leur autonomie.

Cette structure prend également en charge des femmes victimes de violences ou qui se retrouvent seules à la rue avec un ou plusieurs enfants à charge : nous vous rappelons que la majorité des interventions des forces de la police nationale, ici même à Clamart, concernent des situations de ce type.

L’intérêt et la qualité des actions menées par cette association ne sont plus à démontrer.

Depuis 2011, le conseil départemental n’a cessé de réduire les subventions qu’il accorde à la structure, passant de 1 500 000€ en 2011 à seulement   790 000€ en 2016.

Aujourd’hui, malgré l’engagement du Président du Conseil départemental de maintenir la structure en place jusqu’en 2017, l’association est aujourd’hui en quasi cessation d’activité.

Les conséquences sont désastreuses du point de vue social et donc humain : arrêt du soutien scolaire et de la halte-garderie et fin de l’accueil de familles dans le centre d’hébergement collectif de Clamart, laissant ainsi huit chambres inoccupées alors qu’elles sont parfaitement utilisables.

En outre, une vingtaine de postes ont été supprimés durant ces cinq dernières années.

Cette fois, c’est l’annonce d’un arrêt définitif de la structure !

Ainsi pour justifier l’injustifiable –  ce sont des familles et des enfants dont on joue le sort - le Conseil départemental  affirme que l’activité de cette association relève des compétences de l’État en considérant qu’il s’agit uniquement d’hébergement d’urgence.

Or, le Préfet des Hauts-de-Seine a adressé un courrier à l’association en date du 29 février dernier qui précise et on le cite : « L’hôtel social la Parenthése […] ne relève pas des dispositifs gérés et financés par l’État. Seul le Conseil départemental en est l’autorité de tutelle ».

Le préfet des Hauts de Seine est représentant de l’Etat et il serait étonnant que ce dernier ne maîtrise pas les domaines de compétence entre l’Etat et le conseil départemental.

Monsieur le Maire, Vice Président du Conseil départemental, face à cette situation dramatique qui se déroule au sein de la ville nous vous demandons de ne pas laisser ces familles et le personnel sans autre solution que la débrouille et l’éparpillement. Nous souhaitons que vous mettiez tout en œuvre pour infléchir la décision du Président.

Car Monsieur le Maire, nous le rappelons une nouvelle fois, si l’association venait à disparaître, ce sont près de 160 personnes dont 89 enfants qui pourraient se retrouver à la rue ! Et vous le savez peut-être, de nombreux clamartois s’en émeuvent, pour preuve le tract que beaucoup d’habitants du quartier ont trouvé dans leur boite à lettres (le brandir)

Monsieur le Maire, notre mobilisation ne faiblira pas.

 

 

Posté par gerard aubineau à 13:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2016

L'intox et l'indécent

 

La crise sociale ouverte par le projet de la loi El-Khomri aura été révélatrice, à la fois de la partialité et de l’uniformité médiatique, et de la nouvelle dimension de la bataille sémantique menée conjointement par ces mêmes médias et les chantres politiques du libéralisme, tels François Fillon ou Myriam El-Khomri.

Leur but est de formater les esprits, de calibrer les pensées, c’est une véritable entreprise de bourrage de crânes, une campagne d’intoxication idéologique. Certaines expressions reviennent  tels des mantras sur le mode incantatoire : « casseurs »,  « terroristes ,  « voyous »  et la plus ignoble de toutes « preneurs d’otages ».

Ainsi des militants du mouvement syndical, d’honnêtes travailleurs, très souvent pères ou mères de famille, au casier judiciaire parfaitement vierge, se trouvent assimilés aux assassins de DAESH, quelle ignominie, quelle abjection.

Honte à vous, mesdames et messieurs les journalistes aux ordres, vous violez la déontologie la plus élémentaire, vous abdiquez toute indépendance pour vous conformer aux directives des milliardaires possesseurs des chaînes de télé et des journaux qui vous emploient.

Honte à vous, Monsieur Fillon et Madame El-Khomri, vous vous permettez d’insulter le monde du travail, un monde où il est vrai, vous n’avez jamais mis les pieds.

Pour notre part,  nous nous tenons aux côtés des salariés en lutte pour le retrait de la loi travail, aux côtés des organisations syndicales et de jeunesse qui luttent avec courage et détermination pour le retrait de cette loi pourrie.

Posté par gerard aubineau à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2016

Enquête publique PLU

Afin de réaliser ses projets immobiliers, notamment sur Hunebelle, le maire de Clamart fait modifier
le Plan local d'urbanisme (PLU). Il est soumis à enquête publique en mairie jusqu'au 4 juin prochain à midi.

C'est le moment d'exprimer votre opposition à ce projet mégalo et néfaste.

Ci-dessous  mes réflexions et commentaires que j'ai noté sur le registre ce matin

*********************************************************************************************

L’actuelle majorité a voté en décembre 2015 un nouveau Plan local d’urbanisme, très éloigné du précédent et des promesses de protection de notre patrimoine

Je suis  particulièrement inquiet de cette nouvelle réglementation locale destinée à organiser l’aménagement urbain de notre ville pour ces prochaines années.

En effet, ce nouveau PLU de Clamart va totalement déséquilibrer la ville et les quartiers. L’objet réel de ce règlement consiste à densifier à l’extrême la commune.

le SDRIF prévoit bien de nouvelles constructions pour loger les Franciliens.

 C’est une nécessité évidente.

En revanche, ces constructions ne peuvent et ne doivent être trop importantes et déséquilibrer la ville.

Le PLU soumis à l’enquête publique actuellement en dépend 

Une densification qui déséquilibrera la ville Construction de 4050 logements prévus

Jusqu’en 2014 étaient, en moyenne, construits à Clamart 200 logements par an (moitié privé, moitié sociaux).

Dans les 5 prochaines années, tout emplacement sera consacré à la construction de logements

  • Sur le site de la Gare 400 logements prévus
  • Sur le site d’ERDF 2 000 logements prévus
  • Dans le parc Novéos : 600 logements
  • Près de l’hôpital Percy : 250 logements
  • Au Campus Trivaux-Garenne : 250 logements

La destruction brutalement annoncée des 3F et la construction de nouveaux immeubles sur les parkings nouvellement aménagés, sans solution de relogement sérieusement pour les 700 familles.

La Ville n’a pas prévu d’emplacement réservé pour la construction d’équipements publics : ni école (Sauf cette mini école proposée par le promoteur à la Gare, et encore, à condition qu’il la réalise dans 10 ans…), ni crèche (alors qu’en juillet prochain 2 crèches fermeront), ni collège ou lycée alors que ces établissements sont déjà surchargés.

Cette densification posera des difficultés de circulation, de stationnement, d’accès aux équipements publics existants. Toute la ville et ses habitant-e-s seront affectés par ces difficultés.

Un déséquilibre logements/activités économiques

Un autre déséquilibre nous inquiète particulièrement: le remplacement des zones d’activités et d’emplois par des logements : le parc d’activité Novéos (600 logements) et les terrains ERDF (2 000 logements) sont notamment touchés. Ce sont autant d’emplois que perdra le secteur et dont des Clamartois-es seront privés.

NON Clamart ne sera pas qu’une ville dortoir. 

Peut être la fin de la protection des zones pavillonnaires

Absence de prise en compte sérieuse des préoccupations liées au développement durable

Il conviendrait de rétablir les obligations prescrites en la matière par le plan d’urbanisme précédent et, pour contribuer aux engagements de la COP21, inscrire des objectifs contraints, la préservation de la biodiversité (jardins privés, publics, forêt…), une politique de mobilité privilégiant les circulations douces… 

Fin de la mixité sociale 

L’actuelle municipalité rejette ce concept, pourtant facteur de bien vivre ensemble. Elle met en œuvre son idéologie par le biais du relèvement du seuil d’opération.

Dans le PLU précédent, il était prévu l’obligation de construire 30% de logements sociaux dans toute opération de construction d’au moins 1 000 m2. Dans le projet de PLU, le seuil est relevé à 4 000 m2 et la base est de 25%.

Le nombre de logements sociaux sera donc réduit alors qu’il faudrait continuer d’en construire. 

Sur le projet de la gare

L’actuel maire a imposé à marche forcée son projet immobilier sur la place de la gare,

A force de densifier le secteur pour augmenter les surfaces constructibles à vendre, il conduit à autoriser des constructions de logements au raz des voies ferrées, compromettant la santé publique des habitants, ce que nous dénonçons depuis le début de ce projet.

L’opération densifiera le secteur et générera des difficultés de circulation, sans évoquer l’aspect esthétique d’un urbanisme pastiche hors d’âge. 

Sur les 3 F

Le maire prévoit la destruction de l’ensemble immobilier des 3F, plus de 700 logements, alors même qu’ils ont été rénovés à grand frais récemment. Le projet consiste à y construire des logements pour moitié privés, dont la hauteur pourra atteindre 29 mètres et sans limite de densification au  sol. Ces excès permettront une sur densification du plateau, au détriment de la qualité de vie. C’est surtout la destruction de tout un quartier, destinée à remplacer une population devenue indésirable à Clamart, sans solution de relogement sur notre ville. 

Sur le site Hunebelle

Cette fois toutes les limites sont allègrement franchies, le –projet de destruction et de reconstruction du stade Hunebelle et l'édification d'un nouveau complexe hétéroclite, mixant: Restaurant, bowling, salle indoor et
parking, est à la fois démesuré, incohérent et inadapté et

D'une part, il va constituer une dépense financière énorme qui va mettre en péril l'équilibre budgétaire de notre commune et ce pour de nombreuses années.
Ensuite, le Maire pense pouvoir attirer des épreuves olympiques à Clamart, réveillez-vous MR Berger, Clamart, n'est ni Paris, ni Londres, ni Los Angeles, un peu de modestie ne nuit pas. Et quand bien même cela serait le cas, les  J-O ont vocation à se dérouler en plein air et non en indoor.

D'autre part le projet de brasserie et de restaurant est une ineptie, ces commerces n'ont pas leur place dans une enceinte dédiée au sport.

Enfin et surtout, le cadre de vie de notre ville s'en trouverait profondément affecté, l'écrin de verdure que constitue le stade et son environnement se trouverait défiguré par une Chappe de béton. Nous allons assister à
l'avènement du règne du mauvais goût architectural, du tape à l'œil superficiel, du clinquant de bazar.

Non, Clamart ne veut pas ressembler au Plessis- Robinson!

Exigeons l'arrêt immédiat de ce projet

 

Posté par gerard aubineau à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2016

Fête de l'HUMANITE

Pour préparer et bien réussir la fête de l'Humanité 2016   il faut acheté son bon de soutien soit la VIGNETTE

j'en ai à votre disposition mes amis 

je compte sur vous

merci d'avance.

 

Vignette 2016

Posté par gerard aubineau à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2016

Congrès local du PCF

Ce WE notre section de Clamart a fait son Congrès local du PCF  nous avons eu de très bons échanges sur l'avenir  du projet politique  du parti communiste français,   avec de nombreux amendements et voeux qui ont été approuvés dans l'ensemble.

La section avait voté la semaine dernière sur le texte alternatif N° 1   et non sur la base commune proposée par le CN 

Nous avons voté à l'unamité  la base commune amendée.   

Maintenant nous faisons confiance à nos délégués pour les défendre lors du congrès départemental la semaine prochaine  et au congrès national  du 2 au 5 juin

Ce fut un moment très important des communistes de Clamart et ils m'ont renouvelé leur confiance pour les 3 ans à venir.  

Une nouvelle direction a été mise en place  nous allons travailler ensemble  pour combattre toutes les injustices  et défendre une véritable politique de GAUCHE.

Voici les membres du bureau

Secrétaire  AUBINEAU Gérard et Conseiller municipal

Secrétaire à l’organisation  ALVARES Raphaël

Adjointe PRUSKI Françoise 

Trésorière  TRITZ Régine 

Responsable Humanité  DURAND François 

Responsable  propagande  BALLUTAUD Dominique,  CONZELMANN Alain,  DURAND François 

Membre du bureau 

LEFEVRE Michel,  SEYLER Jean Marc,   MESLARD Patrick

La permanence est assurée tous les lundis de 17h30 à 19h00 et nous sommes présents pour répondre à vos attentes.

 

Posté par gerard aubineau à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2016

NUIT DEBOUT

Débattre sans tabous, à bâtons rompus, les nuits debout qui se développent un peu partout  sur le territoire national, inaugurent une nouvelle façon de faire de la politique.

Elles sont une véritable bouffée d’oxygène pour une démocratie de plus en plus étouffée, un débat confisqué au profit d’un petit nombre.

Malgré la répugnante campagne médiatique menée par une télé aux ordres des puissants, les Français ne sont pas dupes, ils savent pertinemment que les participants à ces agoras ne sont pas des casseurs.

A Clamart, à l’initiative du collectif contre la loi El-Khomri, nuit debout a pris son essor.

Des militants politiques, syndicaux, associatifs ou tout simplement sans aucune appartenance, viennent débattre, écouter, exprimer leur ressenti, leur vécu. Cette effervescence intellectuelle, ce bouillonnement d’idées font peur ; il suffit de voir l’image caricaturale véhiculée par un microcosme politico-médiatique totalement coupé de la réalité quotidienne de nos concitoyens.

Venez nombreux à nuit debout, vous pourrez dire tout ce que vous avez sur le cœur, vous y serez chaleureusement accueilli.

NOUS VOUS ATTENDONS.

Posté par gerard aubineau à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2016

Mégalomanaque

Cette fois toutes les limites sont allègrement franchies, le –projet de destruction et de reconstruction du stade Hunebelle et l'édification d'un nouveau complexe hétéroclite, mixant: Restaurant, bowling, salle indoor et parking, est à la fois démesuré, incohérent et inadapté et

D'une part, il va constituer une dépense financière énorme qui va mettre en péril l'équilibre budgétaire de notre commune et ce pour de nombreuses années.
Ensuite, le Maire pense pouvoir attirer des épreuves olympiques à Clamart, réveillez-vous MR Berger, Clamart, n'est ni Paris, ni Londres, ni Los Angeles, un peu de modestie ne nuit pas.

Et quand bien même cela serait le cas, les J-O ont vocation à se dérouler en plein air et non en indoor.

D'autre part le projet de brasserie et de restaurant est une ineptie, ces commerces n'ont pas leur place dans une enceinte dédiée au sport.

Enfin et surtout, le cadre de vie de notre ville c'en trouverait profondément affecté, l'écrin de verdure que constitue le stade et son environnement se trouverait défiguré par une Chappe de béton. Nous allons assister à l'avènement du règne du mauvais goût architectural, du tape à l'œil superficiel, du clinquant de bazar.

Non, Clamart ne veut pas ressembler au Plessis- Robinson!

Exigeons l'arrêt immédiat de ce projet

Posté par gerard aubineau à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2016

NON AU 49-3

LE DEGOUT

Ainsi donc la fameuse loi travail dite loi EI-Khomery, est en passe d'être adoptée via l'article 49 alinéas 3 de la
constitution. Cette procédure parlementaire qualifiée de «Déni de démocratie» par le candidat Hollande avant
son élection, est devenue l'outil préféré du Président Hollande, quelle honte, quel reniement, quelle trahison!
Pendant 5 ans, ce gouvernement aura foulé aux pieds toutes les valeurs de la gauche, il aura capitulé devant
les exigences du patronat.

La loi EI-Khomery détruit des décennies de conquêtes ouvrières, elle ramène le monde du travail au XIX siècle
et ce alors que l'on fête les quatre-vingt ans du Front Populaire.

Demain avec l'inversion de la hiérarchie des normes, les salariés, surtout ceux des P-M-E, se trouveront seuls
pour faire face aux exigences patronales en matière de : durée du temps de travail, de fixation des salaires, de
rémunération des heures supplémentaires, de prise en compte de la pénibilité des tâches et de la santé des
salariés.

La patience du peuple de gauche est épuisée,Hollande,Valls,Macron,EI-Khomery, ca suffit il en a la nausée.

Posté par gerard aubineau à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]