Gerard AUBINEAU

22 novembre 2017

Conseil municipal du 22 novembre

 

j'ai proposé le voeu ci-dessous  au conseil municipal qui a été voté à l'UNANIMITE

Le gouvernement a annoncé la diminution des aides au logement (APL, ALS, ALF) de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires à compter du 1er octobre 2017.

Cette mesure affecte directement 6,3 millions de foyers modestes en France et, à Clamart des centaines de ménages sont concernés. Au total, la diminution de cette aide, octroyée sous conditions de ressources, représente 1,2 million d’euros par an de « contribution » des clamartois et clamartoises.

Mais le gouvernement ne s’arrête pas là. Non content de s’en prendre directement aux bénéficiaires sociaux en leur imposant de baisser leurs loyers de près de 60 euros par mois.

Or, les loyers perçus par les bailleurs sociaux servent à financer l’entretien des résidences, rembourser les prêts contractés pour construire ces logements sociaux et investir dans des réhabilitations et le développement de l’offre. Ils ne servent pas à spéculer en bourse ni à rémunérer des actionnaires !

L’Union sociale de l’habitat (USH) estime que cette baisse des loyers représenterait une perte de 1,5 milliard d’euros, ce qui équivaut, selon cet organisme, à la moitié des sommes consacrées par les bailleurs à l’entretien, ou encore aux trois quart de leurs capacités d’investissement dans la production de logements neufs.

Au final, ce sont donc les locataires du parc social et tous ceux qui souhaiteraient y accéder qui vont pâlir de cette mesure. C’est tout le modèle économique des organismes HLM à la française qui est menacé.

Aussi, considérant que le porte feuille de très nombreux clamartois et clamartoises, ainsi que leur cadre de vie, seront directement et dangereusement altérés et qu’il est nécessaire de donner les moyens aux organismes de logement social d’amplifier leurs capacités d’intervention, le Conseil municipal s’oppose à ces mesures qui diminuent les aides personnelles au logement de plus de 6 millions de bénéficiaires et remettent en question notre modèle de logement social en impactant drastiquement les ressources des organismes HLM.

 

Question orale :

Monsieur le Maire de Clamart, Vice-président du Conseil départemental des Hauts de Seine

 

Courant l’année 2017 des travaux d’agrandissements ont été engagés dans l’école maternelle Jules Ferry ; des arbres ont été abattus dans la cour.

Il s’avère que ces travaux ont  commencés sur un secteur de carrière, sans autorisation et je suppose  sans études préalables des sous sols.

Mr le Maire pouvez-vous nous informer sur le déroulement de ces travaux et de la faisabilité ?

Le mardi 7 novembre dernier, au cours du Conseil d’école maternelle Jules Ferry, l’élu municipal qui siégeait s’est plaint à l’académie de l’éducation nationale  des professeurs légitimement inquiets, que ces derniers sont trop curieux et qu’ils n’ont pas à faire de la politique au sein d’un Conseil d’école.

Les professeurs ont eu des remarques non fondées par l’académie  qui ne s’est pas préoccupée de ce qui se passait réellement dans l’école Jules Ferry, alors qu’ils n’ont fait que leur devoir.

Mr le Maire pouvez-vous donner des explications ?

Réponse du Maire

Le conseil de classe n’a pas été houleux

Un conseil de classe c’est fait pour parler de pédagogie  et non faire de la politique et de respecter l’ordre du jour  et les travaux n’en faisaient pas partis

Je n’y suis pour rien si l’académie a fait des remarques aux professeurs

Il faut respecter la neutralité de chacun

Pour les travaux il n’y a pas de carrières  ce sont des galeries datant de la guerre mondiale

Les services des carrières ont donné un avis favorable 

Nos sommes obligés de remblayés les galeries ce qui coutera plus cher 

Il y a cinquante ans que nous attendons les travaux dans l’école et moi je vais les faire en 2 ans  

Posté par gerard aubineau à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2017

Consultation des communistes encartés ou pas

 

l’heure actuelle plus de 3 000 adhérents du PCF ont pris le temps de répondre à la consultation en ligne.

Ceci est un résultat très encourageant mais qui ne peut se suffire à lui seul.

En effet, si nous main tenons l’ambition de consulter un nombre important de communistes, il nous faut dans les jours prochains prendre les dispositions nécessaires pour aller à la rencontre des adhérents de chaque territoire.

Il ne s’agit pas là d’ajouter un supplément d’âme à une démarche expérimentale mais de réussir la première étape de ce congrès extraordinaire à venir dont chacun, chacune s’accorde à revendiquer qu’il doit être vraiment novateur dans le fond comme dans la forme.

Les communistes que nous consulteront seront d’autant liés aux débats de ce congrès, en commençant déjà par en définir les thèmes, les chantiers, les questions à traiter. Nous pourrons mieux construire ensuite, ensemble, un travail collaboratif, des échanges pour porter des réponses.

Il s’agit bien là d’un premier grand défi pour la réussite de congrès.

Ceci est vrai nationalement mais également au niveau local comme départemental.

Aujourd’hui, les documents de consultations sont arrivés à la section.

Les rendez-vous commencent à se fixer afin d’aller à la rencontre des adhérents dans leur diver sité.

Tous les lundis j'assure une permanence  de 17h30 à 19h00 au 180 avenue Jean JAURES à Clamart

Il nous faut désormais partager ces premières expériences afin de les démultiplier et permettre à chaque animateur de notre parti de s’emparer pleinement de cet outil.

Lier le plus grand nombre d’adhérents de notre parti à nos actions et à nos réflexions est un travail essentiel pour les animateurs que nous sommes.

C’est un élément important pour faire bouger les rapports de force dans le mouvement social actuel et gagner en efficacité dans la diffusion de nos idées dans la société.

Alors saisissons-nous sans tarder de tous les outils pour nous y aider !

Gérard AUBINEAU

Secrétaire  de la section

 

 

Posté par gerard aubineau à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2017

Invitation

MERCREDI 28 JUIN À 18H30

ESPACE NEMEYER,

2 PLACE DU COLONEL FABIEN 75019 PARIS - MÉTRO 2 COLONEL FABIEN.



Ce rendez-vous, qui se tiendra quelques jours après la fin de la séquences électorales de la Présidentielle, sera l'occasion d'un compte-rendu du Conseil national des 23 et 24 juin et de marquer l'importance de la réussite dès la rentrée de la fête de l'Humanité, premier grand rendez-vous populaire de riposte aux ordonnances Macron.

Ce rendez vous se tiendra EN PRÉSENCE DE NOS DÉPUTÉ-E-S NOUVELLEMENT ÉLU-E-S et avec la participation de

  • PATRICK LE HYARIC, directeur de l'humanité
  • PIERRE LAURENT, secrétaire national du PCF


Tu peux confirmer ta participation en t'inscrivant en ligne sur ce lien : inscription en ligne

En espèrant t'y rencontrer

Fraternellement

                                                  
Emilie Lecroq,
Responsable à la vie du Parti
www.2017.pcf.fr



Posté par gerard aubineau à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2017

Déclaration du P C F

Ce soir, la candidate du Front national est largement battue. C'est un grand soulagement ! 65 % des électrices et des électeurs n’ont pas voulu porter à la tête de l’Etat ses idées de haine et de division, son projet raciste et xénophobe, sa politique violemment discriminatoire, libérale et guerrière.

Nous, communistes, sommes fiers d'avoir oeuvré avec clarté à cette défaite, car nous savons que le projet du FN continue à menacer la République et son unité.

Nous n'en voulons à aucun prix, ni aujourd'hui, ni demain.

Mais ce soir, notre coeur n'est pas à la fête. Notre pays vit des heures graves.

Ce second tour est, à nouveau, une très sérieuse alerte pour toutes celles et ceux qui sont attachés à la démocratie et à l'égalité. Marine Le Pen obtient 35 %, soit 14 % de plus qu'au premier tour.

C’est le résultat de la banalisation des idées d’extrême droite que nous sommes plus que jamais décidés à combattre. C'est aussi le résultat de décennies d’alternances politiques défavorables aux intérêts populaires, de trahisons et de renoncements des gouvernements successifs.

Nous partageons ce soir la profonde colère des millions de personnes qui se sont senties piégées par ce second tour. Piège orchestré par les mécanismes de la Ve République usée et perverse. A l'avenir, nous ne voulons plus être obligés de voter par défaut pour battre l'extrême droite. Nous ne voulons plus la voir aussi haut. 

Pour cela, il faut construire la victoire d'un vrai changement de politique qui libère la France de la tutelle des marchés financiers, qui proclame « l'humain d'abord » , qui s'attaque à la domination de la finance en conquérant de nouveaux pouvoirs à tous les niveaux, qui ouvre le chemin d'une nouvelle société de bonheur, de solidarité, de justice, d'écologie, de paix et d’égalité.

Ces choix politiques de progrès, ce n'est pas Emmanuel Macron, candidat des milieux financiers, élu ce soir Président de la République qui les fera. Il veut tout marchandiser dans la société. Son élection est fragile. 

Les millions d’électeurs qui ont voté Macron ont d'abord voulu barrer la route de l’Elysée à Marine Le Pen.

Déjà au premier tour, ils et elles étaient nombreux à voter pour lui par défaut pour éviter un duel entre Fillon et Le Pen. Son projet, porteur de graves régressions sociales et démocratiques, est minoritaire dans le pays.

Ce qui reste à l'ordre du jour, c'est la construction d'une alternative de transformation sociale, écologique et démocratique à cette politique, et la construction d'une nouvelle majorité pour la porter. 

Dès demain, et tout au long du quinquennat, les communistes seront mobilisés pour avancer dans cette voie avec toutes celles et ceux qui seront disponibles à gauche.

A la casse du Code du Travail qui affaiblirait les droits des travailleurs, nous opposerons une sécurité de l'emploi et de la formation pour éradiquer le chômage et la précarité, en créant de nouveaux pouvoirs dans les entreprises et sur les banques face aux marchés financiers.

Au recul du droit à la retraite et à la privatisation de la Sécurité sociale facilitée par la suppression annoncée de cotisations sociales, nous opposerons un plan de défense et de développement de la Sécurité sociale.

A la baisse de 60 milliards d’euros des dépenses publiques et à la suppression de 120 000 fonctionnaires , nous opposerons un plan de relance des services publics de proximité dans tous les domaines.

Au recours aux ordonnances pour gouverner autoritairement , nous opposerons le respect de la démocratie.

Nous serons de tous les combats contre les projets anti-sociaux de Macron, contre les projets ultra-réactionnaires de la droite et de l'extrême-droite.

C'est dans cet esprit que nous voulons conduire les élections législatives des 11 et 18 juin. 

Le PCF y engage dès ce soir toutes ses forces.

Aucune majorité parlementaire n'est acquise pour personne. Dans cinq semaines, notre peuple a une nouvelle chance pour décider de son présent et de son avenir.

Forts du vote de millions de citoyens pour Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, avec toutes les forces qui ont soutenu sa candidature et toutes celles qui peuvent se joindre à nous, nous pouvons aller très haut ensemble pour élire à l'Assemblée nationale une forte représentation nationale, conquérir une nouvelle majorité pour agir.

Unis, nous pouvons gagner dans de très nombreuses circonscriptions.

Désunis, les gains seront limités et cela laissera la place à des députés « En Marche ! », de droite ou d'extrême droite. Nous avons une grande responsabilité commune devant tous les électeurs de gauche et écologistes. Ils et elles nous demandent de nous unir.

Pour cela, un accord national large, équitable et représentatif, sous une bannière commune qui nous rassemble tous, France insoumise, Parti communiste, Ensemble !, citoyens du Front de gauche est nécessaire.

Cela correspond à l'attente et à l'espoir de la majorité des électeurs qui ont porté leurs suffrages le 23 avril sur Jean-Luc Mélenchon. Le Parti communiste est prêt à un tel accord.

Dans tous les cas, ensemble nous pouvons agir pour barrer la route au Front national dans de nombreuses circonscriptions où il peut s'ancrer durablement.

Nous pouvons choisir dans chaque circonscription le candidat qui nous donnera les chances maximales de gagner.

Nous lançons à nouveau ce soir un appel solennel aux dirigeants politiques de la France insoumise  

: il n'est pas trop tard pour aboutir à un tel accord national.

Et  nous restons prêts, si cette ambition n'est pas partagée, à un accord même plus limité.

Nous en appelons au dialogue sur tout le territoire dans les heures qui viennent.

Notre parti est engagé dans ces élections avec une ambition :

« Faire entrer le peuple à l’Assemblée ».

Les candidat-e-s communistes - Front de gauche que nous soutenons dessinent le visage de la France du monde du travail, du privé comme du public, travaillant dans tous les métiers, syndicalistes, citoyen-ne-s engagé-e-s dans leurs territoires, aux diverses origines, jeunes candidatures porteuses d’un renouveau politique ainsi que femmes et hommes d’expérience, forts de leur responsabilité d'élu-e local-e.

Avec eux, ce jeudi 11 mai à 19h, Pierre Laurent lancera notre campagne nationale lors d’un grand meeting au gymnase Japy, à Paris.

Soyons forts et unis dès demain pour poursuivre le combat contre l'extrême droite et faire reculer les idées de repli.

Soyons forts et unis dès maintenant, pour engager la résistance et avancer les projets alternatifs à la politique de casse sociale et d'aggravation des inégalités que le nouveau Président compte mettre en oeuvre.

Concrétisons ainsi la promesse d'une gauche nouvelle, née dans les urnes le 23 avril.

Seul le prononcé fait foi

 

Posté par gerard aubineau à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2017

Appel de Pierre LAURENT Secrétaire national du PCF

Le 7 mai, le 11 juin, être à la hauteur de nos responsabilités 

Paris, le 2 mai 

Dans cinq jours aura lieu le second tour de l’élection présidentielle.

Tout doit être fait d’ici là pour barrer la route de l’Elysée à Marine Le Pen. Pour stopper sa progression, en voix et en pourcentages, en votant contre elle le 7 mai pour mettre son résultat le plus bas possible. 

L'abstention ou le vote blanc ne suffisent pas pour atteindre cet objectif. Au-delà, le combat contre la banalisation des idées et du bulletin de vote Front national doit s’amplifier sans relâche. 

L’accession de l’extrême droite française aux immenses pouvoirs que confère la Vème République au Président de la République serait un trop grave danger pour nos libertés et la démocratie, pour les droits sociaux de tous et pour l’égalité, pour la paix. 

Viendront alors, cinq semaines plus tard, les 11 et 18 juin, les élections législatives. Elles seront décisives.  

Fort du résultat de Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, nous avons le devoir d'ouvrir de nouvelles perspectives de victoire aux sept millions d’électeurs qui ont voté ainsi, et à toutes celles et ceux qui, à gauche, peuvent se reconnaître dans une telle perspective. Nous ne voulons ni d’une Assemblée nationale aux mains de l’extrême droite et de la droite, ni d’une Assemblée nationale aux ordres d’Emmanuel Macron. Nous voulons une majorité pour changer.

Utiliser le bulletin de vote Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen, ce n’est pas soutenir son programme.

Bien au contraire, nous savons qu'il faudra faire reculer les dogmes libéraux et le pouvoir de la finance pour

 ouvrir une perspective de transformation sociale, démocratique, écologique à notre pays.  

La future majorité de l’Assemblée nationale n’est acquise pour personne.

Ce sont les élections législatives qui en décideront. 

Les 11 et 18 juin, il faut poursuivre et amplifier dans chaque circonscription législative l’élan qui s’est levé le 23 avril avec le vote Mélenchon, pour porter plus loin nos combats, leur donner plus de force avec une représentation politique nationale et élire une majorité qui ne se soumettra pas au futur Président de la République. Avec les communistes, je n’ai cessé de dire depuis un an que les élections législatives auraient autant d’importance que l’élection présidentielle.

Nous le vérifions aujourd'hui. Je me réjouis que Jean-Luc Mélenchon ait annoncé dimanche qu’il entend s’engager à fond dans cette nouvelle bataille « avec la France insoumise et ses alliés » pour remporter une grande victoire législative.  

Pour être à la hauteur de cette ambition, il est crucial que les forces qui ont permis le résultat du 23 avril, la France insoumise, le Parti communiste, Ensemble, les militants du Front de gauche, et toutes celles qui voudront se joindre à elles pour cet objectif, unissent leurs énergies et présentent dans chaque circonscription une candidature capable de porter le plus loin possible le résultat et, dans des centaines d’entre-elles, de se qualifier au second tour et de l’emporter. 

Les premières propositions discutées vendredi entre nos forces politiques envisagent un accord limité à un petit nombre de circonscriptions. Ce n'est pas à la hauteur de la situation.

Cela ne dessine aucune ambition véritable. Il faut un accord large et national qui permette de gagner.

 Ensemble, nous pouvons nous donner l’objectif de porter « la force du peuple à l’Assemblée nationale ». C’est sous cette bannière commune, qui respecte tout à la fois la place singulière tenue par notre candidat à la présidentielle et chacune de nos forces, que je propose de rassembler tous nos candidats.

Elle peut rassembler toutes les forces dont nous avons besoin pour gagner, qu'elles soient ou non dans la France insoumise. C’est le sens des nouvelles propositions unitaires et ambitieuses que nous porterons dès ce soir dans les prochaines discussions avec la France  insoumise et Ensemble.

Les communistes les porteront auprès de leurs partenaires dans tous les départements de France. Si chacun accepte ce principe respectueux de tous, une dynamique pour gagner est possible.

Je le souhaite.

Le temps presse. 

J'appelle toutes celles et tous ceux qui souhaitent cette dynamique de rassemblement à relayer cet appel et à le faire vivre partout dans le pays.

Ensemble, nous pouvons réussir.

Posté par gerard aubineau à 07:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2017

1er MAI Muguet du Parti

Bonjour  cher ami et camarade

 Le 1er Mai est un moment fort pour le Parti communiste dans les luttes, la fraternité  et l’espoir de changer un cette société

Ce jour  du 1er Mai  nous serons à nos postes pour le muguet révolutionnaire

je dis  à lundi 

Voici les endroits des tables et des responsables :

 

Pont du Docteur Calmette :

Gérard AUBINEAU. Françoise PRUSKI. Alain CONZELMANN. Bernard JACQUINOT

Intermarché 

Michel et Quentin LEFEVRE

Rond point Pompidou :

Jean Marc SEYLER. Dominique BALLUTAUD. François DURAND. Agnes LEROY

Posté par gerard aubineau à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2017

Election présidentielle 1er tour 23 avril 2017

Le second tour de l'élection présidentielle opposera la candidate de l’extrême-droite raciste et xénophobe, Marine Le Pen, à Emmanuel Macron, candidat que les milieux financiers se sont choisi pour amplifier les politiques libérales dont notre pays souffre depuis 40 ans.

C'est une situation extrêmement grave pour notre pays. 

L'extrême-droit est au second tour et la gauche est éliminée.

Pourtant, pour la première fois depuis des décennies, des millions de citoyen-e-s, qui aspirent à la transformation sociale, ont presque réussi à hisser leur candidat Jean-Luc Mélenchon au second tour.

Tous ceux qui ont été trahis par les politiques menées par Hollande et Valls et se sont mobilisés pour la présence de Jean-Luc Mélenchon au second tour éprouvent ce soir des sentiments mêlés et contradictoires.

 Les  19,68 % obtenus par Jean-Luc Mélenchon lèvent un espoir nouveau pour l'avenir, pour réinventer la gauche nouvelle qu’attend notre pays, pour déverrouiller le système politique et la démocratie.

C'est un score remarquable et inédit pour un candidat de transformation sociale depuis 1981.

Le combat continue pour ces millions de jeunes, de femmes et d’hommes qui aspirent à une nouvelle société débarrassée des logiques de rentabilité, à une véritable politique de gauche, de justice et de progrès social tournant le dos à l’austérité, au chômage et à la précarité.

Nous entrons dans une période totalement nouvelle et inédite de l’histoire politique de notre pays. 

Même si elle est dévoyée par les pièges de la présidentialisation, la secousse est forte : les deux partis, le Parti socialiste et les

Républicains, qui ont dominé la vie politique française depuis 40 ans, sont éliminés au soir du premier tour.

L’aspiration au changement, à un nouveau choix de société, continuera de pousser inexorablement. La mobilisation de la jeunesse et des quartiers populaires est une promesse pour l'avenir.

C'est pour nous la leçon essentielle de cette campagne : rien n’est plus urgent que de continuer à ouvrir à ces nouvelles aspirations, à une véritable démocratie citoyenne, les voies de leur rassemblement pour construire une nouvelle République sociale, écologique, solidaire, respectueuse de la diversité et des attentes de notre peuple.

Ce combat, le Parti communiste entend le poursuivre avec toutes les forces politiques, sociales et citoyennes disponibles.

Nous avons des atouts inédits pour cela.

Nous saluons la campagne de Jean-Luc Mélenchon,de la France insoumise, des militants communistes, du Front de gauche, , des élus communistes et Front de Gauche, les citoyens qui s'y sont investis et qui ont voté. Ce résultat est le leur.

L’engagement de notre parti, de ses militantes et militants, des élu-e-s communistes et républicains dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon a permis des rassemblements prometteurs. Jean-Luc Mélenchon obtient de très bons résultats dans les villes, les cantons, les circonscriptions où le Parti communiste est bien implanté et dispose d'un réseau important de militant-e-s et d'élu-e-s .

Le résultat de Jean-Luc Mélenchon marque un désir profond de changement vers plus d'honnêteté en politique, de justice sociale, de solidarité, de démocratie réelle, de  paix et de respect de l'environnement.

C'est une nouvelle page de la gauche française qui a commencé à s’écrire dans cette campagne. La gauche change d’époque.

Dans l'immédiat, conscients des immenses batailles qui sont à venir et des responsabilités qui incombent à notre parti, nous appelons le 7 mai, lors du second tour de l'élection présidentielle, à barrer la route de la Présidence de la République à Marine Le Pen, à son clan et à la menace que constitue le Front national pour la démocratie, la République et la paix, en utilisant le seul bulletin de vote qui lui sera malheureusement opposé pour le faire.

Marine Le Pen veut une société de haine, du rejet de l'autre, du racisme et de la xénophobie, une société qui divisera ceux qui ont des intérêts communs au profit de son clan et des puissances d’argent, qui substituera aux principes fondamentaux d’égalité et de fraternité dans la République des principes de discrimination entre Français, entre ceux qui vivent et travaillent dans notre pays selon leur origine et leur nationalité. Nous n’en voulons pas.

Marine Le Pen veut un monde dangereux où toutes les aventures guerrières deviendraient possibles, où toutes les rivalités nationalistes seraient encouragées.

Avec Donald Trump, Vladimir Poutine, Bachar El Assad, et les extrêmes droites européennes comme alliés, elle menacerait la sécurité du monde si elle présidait la France, un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

Nous ne  le voulons pas.

Nous avons le devoir, pour aujourd’hui comme pour les générations futures, d'empêcher son accession à la Présidence de la République, qui signifierait la prise en main par l'extrême-droite de tous les instruments d’État.

Notre appel pour le 7 mai n’est évidemment en aucun cas un soutien au programme libéral anti-social d’Emmanuel Macron, que nous avons combattu quand il était ministre et que nous combattrons demain sans concession, chaque fois qu’il portera atteinte au monde du travail, à ses droits, à nos services publics.

Nous appelons, dans le respect des appels qui seront lancés le 1er mai par les organisations syndicales, à faire de cette grande journée sociale du 1er mai un moment de lutte et de mobilisation sociale contre l’extrême-droite, pour la paix, la démocratie et le progrès social.

Face à un tel second tour de l’élection présidentielle, les élections législatives des 11 et 18 juin prennent désormais une importance cruciale. 

Les citoyen-nes qui ont porté à un haut niveau l'élan de la transformation sociale avec le vote pour Jean-Luc Mélenchon, doivent maintenant transformer l'essai lors des prochaines élections législatives. L'Assemblée nationale peut devenir un contre-pouvoir à la politique qui sera conduite à la suite du résultat du second tour de l'élection présidentielle le 7 mai prochain.

Fort du résultat obtenu ce dimanche, nous pouvons élire un grand nombre de députés  honnêtes, proches de vous, fidèles aux intérêts populaires, comme l’ont été les députés communistes pendant 5 ans, notamment contre les lois Macron ou El Khomri.

Des députés qui résisteront à la droite et à l’extrême-droite, qui ne s’allieront pas avec les députés macronistes pour voter des lois anti-sociales.

Des députés porteurs de résistance et d'espoir face aux appétits de la finance et contre la haine et les divisions.

Les communistes sont déjà pleinement investis dans cette bataille législative que nous savions essentielle depuis le premier jour, à l’égal de l’élection présidentielle.

Le PCF présente et soutient une nouvelle génération de candidate-s à parité pour faire entrer le peuple à l’Assemblée nationale.

Dès ce soir, et dans les quarante-huit heures qui viennent, le Parti communiste appelle les forces de gauche et de progrès, les équipes de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise, toutes les forces engagées dans la campagne, celles de Benoît Hamon, des  socialistes et des écologistes, des femmes et des hommes désireux de reconstruire une gauche de combat et de transformation sociale et à se réunir, à débattre publiquement et préparer ensemble les échéances décisives à venir, celles du second tour de l'élection présidentielle, du 1er mai, et celles des élections législatives des 11 et 18 juin.

Pour sa part, le PCF s’engage sans attendre dans toutes ces mobilisations.

 

Posté par gerard aubineau à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Attent terreriste 20 avril 2017

 

attentat terroriste:

 le Peuple de France ne doit pas se laisser

entraîner dans la haine et le repli

L'attentat terroriste sur les Champs Élysées est un acte grave,

inqualifiable. Au nom du Parti communiste français, je veux rendre

hommage au sang-froid des policiers. Nous avons une pensée

émue pour toutes les victimes. Nous nous inclinons

respectueusement sur la dépouille du policier mort parce que

policier. Nous présentons à sa famille, ses proches, ses collègues

nos sincères condoléances.

Les communistes français s'associeront à tous les hommages qui

lui seront rendus à travers le pays. Ils assurent de leur soutien les

forces de sécurité appelées à garantir le bon déroulement du vote

démocratique des français.

Le peuple de France ne doit pas se laisser entraîner dans la haine

et le repli. En votant massivement dimanche, nous ferons acte de

résistance contre la barbarie.

Pierre Laurent,

Secrétaire national du Parti communiste français

 

Posté par gerard aubineau à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2017

5 jours de campagne

Chères insoumises, chers insoumis,
 
Ceux/celles qui sont inscrit-e-s sur le site jlm2017 ont reçu un appel à volontariat, 
relayé sur le web :
https://newsletter.jlm2017.fr/links/BJDgdLgUj6e/SyWda9pi/Hkjlct1aas/HkvgQNUsax
 
Nous sommes à 11 jours du scrutin pour le premier tour. Nous ne visons rien d’autres, 
comme objectif, que d’arriver au second. Comme l’avait espéré Jean-Luc Mélenchon,
avant la grande marche du 18 Mars, la dynamique est là. Les militants sont toujours
plus nombreux dans les différents meetings et les sondages montrent
une nette progression, nous positionnant même en 3ème place.
Il faut donc surfer sur cette vague positive et soutenir notre candidat dans ce sprint
final où il aura besoin de tout le monde.
 
A Clamart et secteurs environnants, nous sommes très exactement 53 membres 
(hors sympathisants non inscrits sur le site jlm mais présents
sur cette liste de diffusion) éparpillés dans les différents groupes d’appuis suivants :
 
-« Les insoumis de Clamart » par Ourdia : 27 membres
-« Les insoumis de Clamart » par Clément : 4 membres
-« Les irréductibles clamartois » par Victor Heurtier : 13 membres
-« Lycée Monot insoumis » par Victor Mercier victor.mercier00@gmail.com (4 Membres)
-« Résistants d’issy » par Antoine Berrit, antoine.berrit@orange.fr (seul)
-       « Les autocolleurs nocturnes » par Bastien Ducloux, Bastien23@laposte.net
(4 Membres)
 
Nous sommes ravis du nombre important d’appuis qui montrent l'envie de s’investir 
derrière un projet, un avenir commun.

Nous savons que derrière ces appuis, parfois, le geste vise plus particulièrement
à montrer son soutien, que les agendas sont compliqués pour tout le monde,
que les journées sont déjà bien trop chargées.
Cependant, ce sont dans ces 10 derniers jours que nous allons avoir besoin
de tout le monde. Un changement profond de politique, l’espoir
d’un futur meilleur est à portée de nos mains. A portée de nos efforts.
 
Nous avons besoin de volontaires 
pour tracter dans les différents coins stratégiques du secteur.
Nous avons mardi soir, en réunion, élaborés la liste suivante :
 
-           mardi              18/04  08h00     Métro Mairie d'Issy
-           mardi              18/04  17h00     Gare  de Clamart
-           mercredi        19/04  06h30     Hôpital Béclère
-           jeudi               20/04  17h30     Lidl près Béclère
-           vendredi        21/04  17h30     Carrefour Market av Général de Gaulle
 
Nous avons également besoin urgemment, de personnes disponibles pour tenir des bureaux de vote
sur Clamart. Il s’agit là de quelque chose d’impératif. Il y a 35 bureaux de votes sur Clamart.
Tous, doivent être surveillés par des insoumis. Nous devons être personnellement
garant de la bonne tenue du scrutin et du respect de la démocratie.
Je vous invite à me contacter directement pour être informé des détails.
 
Amitiés insoumises. 
Clément, Gérard, Claude

Posté par gerard aubineau à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2017

Intervention Budget Conseil municipal du 17 mars

Monsieur le Maire , chers collègues

 

Vu que mes collègues de l’opposition ont déjà tous  prient la parole pour parler du compte administratif 2016 et du budget 2017 et que je partage beaucoup de choses  

 je ne vais pas redire les mêmes choses que je vais juste ajouter une toute petite chose. 

Vous passez votre temps à vous plaindre que la ville est en situation difficile. 

 Sous cet argument :

- vous mettez une pression forte sur vos agents et vous les compressez en leur donnant de plus en plus de travail et en ne remplaçant pas les départs 

- de plus, vous avez énormément augmenté les tarifs périscolaires poussant les familles à revenus modestes à laisser les enfants à la maison plutôt que de les mettre à l'étude ou au centre 

Tout ça pour nous présenter un compte administratif avec un résultat excédentaire  de 17 millions d'euros. 

J'ai le sentiment que beaucoup de villes aimeraient être aussi malheureuse que Clamart, avec un résultat je le répète de 17 millions d'euros 

En tant qu’élu de l’opposition vous savez très que je ne voterai pas votre budget   entre vous et moi  il y a des différences énormes de politique et je les assume.

Je vous remercie

Posté par gerard aubineau à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]