C'est donc à la nouvelle ministre du travail, Myriam el Khomri, qu'incombe la sale besogne: mettre en pièce le droit du travail.
Ce que des décennies de combats sociaux ont durement arrachés, ce pour quoi nos parents et grands-parents se sont battus afin
d'obtenir protection et dignité face à l'insécurité et l'arbitraire, va donc voler en éclats et disparaitre pour laisser place à la loi de la
jungle.

Désormais la négociation dans l'entreprise, là où la puissance patronale est la plus forte, s'imposera au contrat de travail, celui
qui aura l'outrecuidance de refuser le diktat, se retrouvera à pôle emploi.

La durée de travaiI hebdomadaire pourra être étend jusqu'au 60 heures.

Les licenciements économiques seront facilités et deviendront une simple formalité.

Le taux d'augmentation des heures supplémentaires qui était auparavant de 25 % à partir de la 35ème heure ne sera plus que de 10 % .

Le plafonnement des indemnités prud'homales dus en cas de licenciement abusif à des niveaux particulièrement bas, se fera au
détriment du principe de la réparation intégrale du préjudice subi.
Cerise sur le gateau, face au vent de colère que suscite cette déclaration de guerre aux salariés, la ministre (Vous savez, celle
qui ignorait le nombre de renouvellement possible du C-D-D), menace d'employer l'article 49-3 pour faire passer son texte.

Décidément avec ce gouvernement le monde du travail aura bu le calice jusqu'à la lie, plus aucune hésitation n'est permise, tous
unis derrière les organisations syndicales pour mettre en échec l'un des pires plan de régression sociale que notre pays est connu.

Grève générale le 9 mars