j'ai proposé le voeu ci-dessous  au conseil municipal qui a été voté à l'UNANIMITE

Le gouvernement a annoncé la diminution des aides au logement (APL, ALS, ALF) de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires à compter du 1er octobre 2017.

Cette mesure affecte directement 6,3 millions de foyers modestes en France et, à Clamart des centaines de ménages sont concernés. Au total, la diminution de cette aide, octroyée sous conditions de ressources, représente 1,2 million d’euros par an de « contribution » des clamartois et clamartoises.

Mais le gouvernement ne s’arrête pas là. Non content de s’en prendre directement aux bénéficiaires sociaux en leur imposant de baisser leurs loyers de près de 60 euros par mois.

Or, les loyers perçus par les bailleurs sociaux servent à financer l’entretien des résidences, rembourser les prêts contractés pour construire ces logements sociaux et investir dans des réhabilitations et le développement de l’offre. Ils ne servent pas à spéculer en bourse ni à rémunérer des actionnaires !

L’Union sociale de l’habitat (USH) estime que cette baisse des loyers représenterait une perte de 1,5 milliard d’euros, ce qui équivaut, selon cet organisme, à la moitié des sommes consacrées par les bailleurs à l’entretien, ou encore aux trois quart de leurs capacités d’investissement dans la production de logements neufs.

Au final, ce sont donc les locataires du parc social et tous ceux qui souhaiteraient y accéder qui vont pâlir de cette mesure. C’est tout le modèle économique des organismes HLM à la française qui est menacé.

Aussi, considérant que le porte feuille de très nombreux clamartois et clamartoises, ainsi que leur cadre de vie, seront directement et dangereusement altérés et qu’il est nécessaire de donner les moyens aux organismes de logement social d’amplifier leurs capacités d’intervention, le Conseil municipal s’oppose à ces mesures qui diminuent les aides personnelles au logement de plus de 6 millions de bénéficiaires et remettent en question notre modèle de logement social en impactant drastiquement les ressources des organismes HLM.

 

Question orale :

Monsieur le Maire de Clamart, Vice-président du Conseil départemental des Hauts de Seine

 

Courant l’année 2017 des travaux d’agrandissements ont été engagés dans l’école maternelle Jules Ferry ; des arbres ont été abattus dans la cour.

Il s’avère que ces travaux ont  commencés sur un secteur de carrière, sans autorisation et je suppose  sans études préalables des sous sols.

Mr le Maire pouvez-vous nous informer sur le déroulement de ces travaux et de la faisabilité ?

Le mardi 7 novembre dernier, au cours du Conseil d’école maternelle Jules Ferry, l’élu municipal qui siégeait s’est plaint à l’académie de l’éducation nationale  des professeurs légitimement inquiets, que ces derniers sont trop curieux et qu’ils n’ont pas à faire de la politique au sein d’un Conseil d’école.

Les professeurs ont eu des remarques non fondées par l’académie  qui ne s’est pas préoccupée de ce qui se passait réellement dans l’école Jules Ferry, alors qu’ils n’ont fait que leur devoir.

Mr le Maire pouvez-vous donner des explications ?

Réponse du Maire

Le conseil de classe n’a pas été houleux

Un conseil de classe c’est fait pour parler de pédagogie  et non faire de la politique et de respecter l’ordre du jour  et les travaux n’en faisaient pas partis

Je n’y suis pour rien si l’académie a fait des remarques aux professeurs

Il faut respecter la neutralité de chacun

Pour les travaux il n’y a pas de carrières  ce sont des galeries datant de la guerre mondiale

Les services des carrières ont donné un avis favorable 

Nos sommes obligés de remblayés les galeries ce qui coutera plus cher 

Il y a cinquante ans que nous attendons les travaux dans l’école et moi je vais les faire en 2 ans